(Suite de la 2e partie)

Retour au bloc opératoire.

Analyse des clichés par mon neurologue et son assistant qui évaluent où faire la percée. Je ne vois rien. Je parle, encore. Je sais que j’ai parlé à mon neurochirurgien d’une technique de radiothérapie (la curiethérapie) et que j’ai aussi parlé de mon étudiante qui a eu des traitements pour une tumeur sur le nerf acoustique… On a foré mon crâne, toujours en m’expliquant ce qui se passait. Pas en faisant un trou comme un dix sous! Non. Un trou de 2 mm. Et je dois dire que j’ai eu un peu mal. Mon neurochirurgien (ou son assistant) m’a dit que ce que je sentais, c’était la dure-mère, la partie la plus dure et la plus superficielle des membranes qui recouvrent le cerveau. Le médecin appuyait avec ses doigts autour du petit trou, sans doute pour introduire son aiguille… et c’était douloureux. Mais je dès que j’ai dit que j’avais mal on a remis cela avec le Dilaudid.

Le neurologue a fait quatre prélèvements dans la tumeur. Ils seront analysés et les résultats seront connus bientôt. Ensuite, on pourra voir quel sera le traitement approprié pour la suite des choses (radiothérapie ou chimio).

J’ai ensuite été emmenée en salle de réveil. J’étais déjà réveillée donc ce ne fut pas très long. Mon neurochirurgien est passé me voir, puis il est allé parler à mes parents. Ensuite, il est revenu une dernière fois me voir. Il m’a alors expliqué qu’il allait me faire passer un autre test, dont j’ai déjà parlé, et qui permettra de déterminer si je suis opérable. Il m’a dit que je pourrais sans doute partir le samedi et que nous nous reverrions dans trois semaines à son bureau.