calepin_crayonAlors que mon congé de maladie se poursuit, j’ai besoin de garder le cap et de ne pas avoir l’impression que je ne fais rien de mes journées. Pour m’aider, je dresse des listes.

Ces temps-ci, cela devient de plus en plus important car, comme je n’ai pas beaucoup d’échéances précises, si je ne garde pas une trace de ce que j’ai fait dans une journée, quand arrive 17h et le coucher du soleil, l’angoisse m’assaille car j’ai alors l’impression que rien ne s’est réellement passé. Que la journée s’est évanouie et que je n’en ai pas profité. Pour mon moral, faire une liste m’aide énormément.

En fait, comme je suis actuellement « en attente », entre deux eaux, cela me force à organiser mes pensées. Je mets sur papier toutes les choses qui doivent être faites le jour même, y compris ce qui peut sembler insignifiant comme « m’habiller », « déjeuner », « prendre mes courriels », « téléphoner à… ». J’essaie de détailler le plus possible ma journée. Comme ça, au fur et à mesure que la journée avance, je raye des choses faites et je vois, concrètement, que j’ai accompli des tâches. J’essaie même de reporter le tout dans mon agenda, ensuite. Ainsi, je garde une trace de ces journées fantômes.

Donc, chaque matin depuis le début de mon congé de maladie, je fais ma liste de la journée et, en bas, j’inscris les diverses tâches qui devraient être faites durant la semaine. Quand commence une nouvelle journée, je regarde la liste de la veille et je reporte les autres tâches sur ma nouvelle liste en voyant à bien intégrer tout ce qu’il y a à faire.

En organisant mes journées, j’essaie aussi de ne pas trop mettre de choses chaque jour. J’inscris aussi dans mes tâches mon blog, avancer mes projets d’écriture, et lire. Donc, pas de souci : je planifie même mon repos!

Ce qui ressort dans tout cela, c'est que, ces jours-ci, j’ai absolument besoin de me sentir organisée. Sinon, j’ai l’affreuse impression de tourner en rond et mon moral s’en ressent. Alors si les listes sont bonnes pour mon moral, va pour les listes!