Je vous fais part ici d'un texte que m'a envoyé Gilles, un de mes lecteurs, passionné par l'histoire du Vieux-Québec. Avec sa permission, je partage avec vous ce pan d'histoire de la ville de Québec.

***

Au-dessus de l'entrée principale du collège Saint-Charles-Garnier, sur le boulevard René-Lévesque à Québec, on peut voir l'inscription «Collège des Jésuites», avec une date indiquant sa fondation en 1635. On fait évidemment référence ici, non pas au collège actuel, érigé dans les années 1930, mais bien au tout premier Collège des Jésuites, celui de la Nouvelle-France. Celui-ci était situé dans le Vieux-Québec, à l’endroit même où s’élève aujourd’hui l’Hôtel de Ville. Le premier édifice, construit vers 1650, fut agrandi en 1725.

À la conquête, les Anglais ont montré la porte aux communautés d'hommes (Jésuites et Récollets), mais pas aux communautés de femmes (Ursulines et Augustines), celles-ci jouant un rôle social essentiel en prenant soin, notamment, des pauvres et des malades. Les biens des Jésuites ont été confisqués et le Collège est devenu une caserne pour les militaires britanniques, et ce, jusqu'au départ des troupes en 1871.

Peu de temps après, le collège a été démoli, entre 1877 et 1879. On voulait au départ construire sur ce site le nouveau Parlement de Québec, les parlementaires siégeant depuis 1792 dans divers édifices, aujourd’hui disparus, situés dans le parc Montmorency, au haut de la Côte de la Montagne. La décision a plutôt été prise de construire le Parlement à l'extérieur des murs et c'est finalement l'Hôtel de Ville qui a rempli, en 1896, le vide laissé dans le Vieux-Québec. Les pierres du vieux Collège ont été recyclées et ont servi à ériger une partie de la maçonnerie brute du Parlement.

On peut encore voir aujourd’hui, dans le parterre de l’Hôtel de Ville, une pierre qui ornait autrefois le fronton de l’entrée principale du Collège des Jésuites et sur laquelle sont inscrites les lettres JHS, pour Jesus Hominum Salvator… Jésus sauveur des hommes.

La photo ci-jointe montre le Collège des Jésuites en 1874, donc après le départ des troupes britanniques et quelques années avant sa démolition.

J_suites1874
(Photo Louis-Prudent Vallée
Collection Archives nationales du Québec)