Un aller-retour express à l'urgence. J'ai passé au tri en "vitesse accélérée". Je me suis épargné des heures d'attente. Rien de tel que les mots-chocs comme "tumeur au cerveau", "chimiothérapie", "Temodal" pour qu'on vous prenne au sérieux. Bref, on a vite réglé mon cas, au-delà de mes espérances. (On n'a pas eu le temps de prendre un thé!)

Ceci dit, je me suis fait rabrouer par l'infirmier parce que j'avais attendu quelques jours avant de consulter! Je lui ai dit, un peu choquée, que, franchement, j'avais eu espoir que tout rentrerait dans l'ordre normalement. Non mais! Allez-vous voir votre médecin dès que vous vous sentez enrhumé? Ce n'est qu'avec l'aggravation de ma toux que je me suis rendu à l'évidence: ça empirait. Et là, j'avais le choix de laisser filer la journée de dimanche, puis celle de lundi qui est férié avant de pouvoir consulter mon médecin de famille... Mais une nuit comme celle d'hier, je n'en voulais pas une de plus!

Soupir. Me voilà aux antibiotiques pour les 10 prochains jours. Je fais une bronchite. Je vais donc passer ma pause de Temodal, qui commence ce soir, à prendre ces médicaments. Puis, les trois derniers jours d'antibio vont s'ajouter à la prise de Temodal. Mais il ne semble pas y avoir de contre-indication, selon ma pharmacienne.

Entre temps, je continue à tousser comme une diablesse. J'en suis toute courbaturée!

Non, mais! Vous ne trouvez pas ça étrange que je ne me sois jamais autant plainte sur ce blog de mes petits bobos, bien plus graves au quotidien que ce foutu rhume, et que, tout à coup, je sois jetée par terre?

Ah. Oui. Le médecin qui m'a auscultée m'a suggéré de faire traiter mon plus petit... Il faut remonter à la source du mal... Nous y verrons.