Sourire-de-Bouddha-132692

Dès le début de son livre Guérir, David Servan-Schreiber mentionne qu'il a développé une "pratique qui exploite, à sa manière, des mécanismes d'autoguérison présents dans l'esprit et le cerveau humains." (p. 18) Il souligne l'importance du stress dans notre société, et tous les problèmes qui s'y rattachent, et montre l'interrelation entre notre cerveau cognitif (cortical) et émotionnel (limbique) et explique comment beaucoup de nos problèmes sont rattachés à nos émotions (et notre cerveau limbique). 

La première méthode simple qu'il présente dans son livre est celle de la cohérence cardiaque qui vise à créer "les conditions de l'harmonie entre le coeur et le cerveau" (p. 49)

Notre coeur sécrète certaines hormones, et quand il est en situation de stress, il présente un déréglement qui peut se traduire par des palpitations inexpliquées et beaucoup d'effets sur notre qualité de vie et notre santé. Mais on peut apprendre à "parler" à notre coeur et viser, ainsi, la cohérence cardiaque, cette harmonie coeur-cerveau. La cohérence cardiaque, "c'est un phénomène comparable à l'alignement "en phase" des ondes lumineuses dans un rayon laser, que l'on désigne précisément sous le nom de "cohérence". (p. 62) 

Comment?

La pratique s'apparente à une méditation avec visualisation: (voir les pages 68-70)

- prendre deux respirations lentes et profondes (en laissant aller jusqu'au bout notre souffle lors de l'expiration et en faisant une pause avant que l'inspiration se déclenche d'elle-même)

- Ensuite, on stabilise notre souffle, puis on reporte "consciemment notre attention sur la région du coeur dans notre poitrine" et on imagine qu'on "respire à travers notre coeur", visualisant qu'on l'alimente en oxygène, et qu'en expirant, on le vide des déchets qu'il contient. 

- Troisièmement, il faut se concentrer sur la sensation de chaleur qui se développe dans notre coeur, en se remémorant "un sentiment de reconnaissance ou de gratitude et le laisser envahir notre poitrine." (Servan-Schreiber suggère de visualiser quelqu'un qu'on aime, un enfant par exemple, ou un animal familier).

Et quand sait-on qu'on a atteint la cohérence cardiaque? Quand un sentiment de bien-être nous envahit et qu'un sourire se dessine sur notre visage. Oui, un peu comme le sourire serein du Bouddha!

**

David Servan-Shreiber, Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse. Paris, Robert Laffont, 2003. Collection "Réponses", 301 pages.