chirurgiens

Bon, ça y est! Elle est partie, la vilaine bosse qui me défigurait!

L'opération s'est fort bien passée, du moins, à ce que j'ai pu en juger à mon réveil: peu de douleur et un pansement presque invisible (du moins, à comparer avec l'horrible masse rougeâtre!). Bref, j'ai enfin l'impression de retrouver mon visage après une lente défiguration qui s'est échelonnée sur plus d'un an, pour s'accélérer depuis les deux derniers mois. Même mon chirurgien, qui m'avait vue le vendredi, a trouvé que la masse avait grossi en quelques jours. Eh oui, ce n'était pas une illusion, elle grossissait presque à vue d'oeil.

Ce fut, je crois, assez simple comme opération. Entrée à l'hôpital à 6h30, j'étais au bloc opératoire vers 8h, pas eu le temps de me "choisir un beau rêve", comme me l'a suggéré l'anesthésiste, que j'étais déjà en salle de réveil, puis de retour en chirurgie d'un jour vers 10h. J'étais rentrée chez moi à midi.

J'ai passé les premières quarante-huit heures à me reposer, à éviter de pencher la tête ou de lever des poids. Je dors encore la tête surélevée. J'ai géré la (légère) douleur au Tylenol (et un tantinet de codéine pour la nuit). J'ai appliqué de la glace plus ou moins selon les indications (on demandait d'en mettre 20 minutes aux deux heures). J'ai eu un peu d'enflure, surtout en me réveillant hier matin. Aujourd'hui, c'est jaunâtre mais peu enflé.

Sous le pansement, la plaie me semble belle. J'espère que je cicatriserai sans trop de marques. Mais je sais aussi que ça fait partie des aléas de la vie, un corps qui change. Qui reste marqué par le passage du temps.

Je revois mon chirurgien mercredi pour un rendez-vous de suivi. Peut-être aura-t-il eu les résultats de l'analyse en pathologie pour identifier la nature de l'intruse?

D'ici là, je me repose, bien entourée de toute la famille. Et je câline mes chats dont le ronron, dit-on, a des propriétés pour la guérison et la cicatrisation