solidarité

Nous sommes les maillons d'une immense chaîne. Une trame constituée de liens humains. De la force de ceux-ci découle ensuite notre capacité à faire face à la vie. Car c'est une grande richesse d'être appuyé, aimé. Supporté. 

Mes récents et nombreux passages à l'hôpital m'ont permis de réfléchir à cette réalité humaine, l'importance de nos liens. En observant les gens dans les divers lieux d'attente, je réalisais combien on a besoin de ne pas être seul. 

La maladie est une épreuve et, lorsqu'on y fait face, souvent, on se tourne vers de l'aide. Qui est là pour nous tenir la main? Ici, un père avec son fils déjà adulte. Là, des couples d'âge varié. Des amis, aussi. Une soeur, d'après les airs de ressemblance. Un bénévole, volubile, cherchant à meubler le silence. Et même les gens venus seuls finissent souvent par tisser des liens avec d'autres, patientant, eux aussi. Une femme déjà âgée est entourée de ses deux enfants dans la quarantaine. Leur père agonise dans la salle à côté. Ils sont bouleversés. Autour d'un jeune ado et de sa copine, secoués par un accident d'auto, se rencontrent pour la première fois deux mères. On fait connaissance. On discute. Oh, et ce jeune homme penché sur son ordinateur portable? Il n'est pas seul: internet le relie à son réseau d'amis.

Une salle d'urgence, un corridor de radiologie. Une salle d'attente de clinique externe...

Tous ces lieux témoignent de notre grand besoin de ne pas être seul. Parler. Partager. Accompagner quelqu'un qu'on aime et qui souffre, qui a peur. Ou être accompagné quand on souffre et qu'on a peur. Serrer une main. 

Oui. Nous sommes les maillons d'une grande chaîne.

On parle d'individualisme. Mais nous ne sommes rien, seuls. Nous vivons dans un monde qui nous renvoie constamment l'idée qu'on peut se débrouiller seul. Qu'on paie trop d'impôt, que la société n'a pas à supporter les plus faibles. On oublie que ce qui nous a permis, comme espèce vivante, de survivre et d'évoluer depuis des centaines de milliers d'années, c'est notre solidarité.

Le fait qu'on a pu, au fil du temps, compter sur une main tendue.