Merveilleuse-Toscane-a18485893

J'avais rendez-vous tout à l'heure avec ma dynamique neurochirurgienne-oncologue. Franchement, quelle soie que cette jeune femme!

Tout d'abord, dès que je suis rentrée dans le bureau, elle s'est levée pour nous accueillir mon conjoint et moi. Tout sourire, main tendue (non mais! C'est apprécié!) mais surtout, surtout (!) elle avait déjà pris connaissance de mon dossier.

On a d'abord fait le tour de mon état général (psychologique, fatigue, etc.). Je prends du mieux avec le Celexa, mais j'ai parfois des pincements à la tête (vis-à-vis de ma biopsie) ce qui s'expliquerait par les nerfs qui ont été sectionnés lors de l'intervention. 

Au niveau des résultats de l'IRM, tout est stable. Pas de rehaussement, pas d'augmentation de la masse. On s'en réjouit! Pour le moment, on me suivra avec des résonances aux trois mois (en espérant que cette stabilité se maintiendra le plus longtemps possible...) J'ai évoqué mon retour au travail à l'automne. Elle pense que je pourrais être capable de rentrer à plein temps, sinon en retour progressif. Je la revois en juin de toute façon.

Pour la suite des choses... Comment envisager l'avenir?

Nous avons reparlé de la chirurgie, et fait un peu le tour de cette option. Contrairement à ce qu'on m'a déjà dit, ce ne serait pas seulement 50% de la masse qui serait retirée, mais 100%. Tant qu'on s'assure de ne pas faire de lésion dans l'aire de Broca.

Bon. C'est donc la nouvelle donne. Mais cette option demeure une porte de sortie advenant une récidive de ma tumeur ce que je ne me souhaite pas, bien sûr. Mais réalistement, je souhaite surtout que ce sera le plus tard possible.

L'option de la radiothérapie est toujours repoussée, étant donné les effets qui peuvent apparaitre plusieurs années après les traitements, notamment des pertes de mémoire. Comme je suis encore assez jeune, j'ai bien des chances de survivre encore plusieurs années et donc de subir des effets néfastes des rayons. On met donc cette option de côté, tant que nous avons d'autres choix (comme la chimiothérapie ou la chirurgie). 

Et puis j'ai évoqué le voyage que nous souhaitons faire en famille fin juin début juillet pour avoir son approbation. Elle m'a souri et encouragé: "Faites-le! Faites-le!"

Un peu de soleil toscan à l'horizon avec cette stabilité retrouvée.

**

Image: Merveilleuse Toscane, par GuyR.