Une Devoir 30 déc

Avec mon système immunitaire déficient et mes corrections que j'ai trainées jusqu'à la dernière minute, je passe des fêtes tranquilles, tapie dans ma caverne (bon, c'est quand même pas mal, comme caverne!).

J'ai peut-être l'air sauvage et parano, mais tant pis. Et ce n'est rien à comparer à la vigilance maternelle. Ma chère maman a gardé de ses années d'infirmière de redoutables réflexes de prévention. Et elle met le paquet et beaucoup, beaucoup d'énergie à repousser au loin tout risque de contamination pour sa fille. Ce matin, en m'éveillant, j'entendais à la radio les nouvelles concernant l'état grippal dans les urgences de ma région. Mon Devoir en parlait même sur sa une. Grippe, gastro, rhume... Les grands rassemblements se prêtent à l'échange de fluides corporels divers (miam). Alors voilà, je ronronne chez moi. Et quand je sors, parce qu'il le faut bien, je porte un masque.

Eh oui.

C'est aussi le festival du "Purel" et des petites lingettes désinfectantes "Lysol", de l'eau de javel dans le bac à vaisselle. Je pense aussi avoir un peu traumatisé les amis de mon Pinpin. L'un d'eux a dû se masquer (il toussait). Les autres passent au Purel et se lavent les mains régulièrement. Je le leur rappelle aux quarts d'heure. Sans compter que je préfère que mon fils réduise ses invitations ou qu'il aille en visite au lieu de recevoir.

Mon look des fêtes!

Mais le plus compliqué, pour moi, le plus abstrait, c'est de me reposer. Je me soupçonne même d'avoir inconsciemment traîné mes corrections jusqu'au 28 décembre en fin de soirée (j'avais officiellement jusqu'au 29 à 16h pour remettre mes notes finales au cégep) seulement pour ne pas avoir à me dire: "Ma session est finie. Je dois me reposer."

Cependant, une des façons assez simple de me reposer a été de couper sur mes activités traditionnelles des fêtes... dont mes biscotti. Moins de mal de dos, de fatigue, de brûlure de bouts de doigts... Mais pas de délicieux biscotti à offrir, ni à manger avec un bon thé. Ça me manque. 

Quant aux prochains développements, j'ai reçu un appel de l'infirmière de la clinique préopératoire un peu avant Noël. Une urgence a nécessité que mon rendez-vous du 31 décembre soit repoussé au 23 janvier. J'ai rappelé hier pour avoir plus de détails, savoir si une date d'opération était en vue. Mais on m'a dit que je n'aurais aucune précision avant le retour des fêtes, le 5 janvier. Ma médecin de famille m'a appelée hier soir. Elle brassait ses dossiers. On a discuté de mes globules blancs. J'ai demandé, conseillée par mon ami Penouille (lui aussi médecin et atteint d'une tumeur au cerveau qui est mon mentor ces jours-ci), à recevoir un vaccin contre les pneumonies. Je recevrai donc ça le 5 janvier. 

Chers lecteurs, j'espère que vous passez de belles fêtes, bien entourés des vôtres. Quelles soient tranquilles comme les miennes ou tourbillonnantes!