IMG_2006

Il y a deux mois que je passais sous le bistouri. Deux mois que Dre Lumière m'enlevait 90% d'une tumeur cérébrale qui, m'avait-on longtemps dit, n'était pas opérable.

Deux mois que je reprends du mieux. Au début, avec une certaine lenteur. Maintenant, je réalise que le pire est derrière moi. Qu'il me faut simplement me reposer avant de reprendre le rythme. La vie.

J'aimerais écrire plus. Être mieux articulée, vous faire part des étapes de ma convalescence. Les idées m'effleurent, souvent. Mais je n'attrappe pas les mots. Ils ne se posent pas assez longtemps dans mon esprit pour que je les saississe et que j'arrive à en faire un billet. Alors je les laisse aller et venir. Ils sont là comme des oiseaux en liberté. 

Je lis. Je lis beaucoup, ces jours-ci. Plongée dans le dernier livre de Victor-Lévy Beaulieu, sur Nietzsche. Arrivée à la page 1200, je vois la fin. Je pourrai ensuite reprendre mes autres lectures et, peut-être, écrire un peu. Un peu plus. 

Hier en fin d'après-midi, la neuropsychologue de l'IRDPQ m'a rappelée pour me donner le plan pour mon suivi. De l'orthophonie, c'est certain. Mais aussi un peu de travail sur la gestion de mon énergie pour être en mesure, bientôt, de passer des journées sans faire de sieste. Je la revois vendredi.

J'aimerais sinon vous parler de tant de sujets liés à la convalescence. Au stress, à l'aide reçue des proches. À la compétence des gens qui ont oeuvré et qui continuent de m'accompagner sur le chemin de la guérison. J'aimerais vous dire à quel point mes chats m'ont aussi permis d'assimiler l'incertitude, l'inquiétude. Amis tranquilles, avec leurs yeux de lumière. Je voudrais vous dire que mes fils sont des champions. Et ma maison, un grand coffre au trésor, plein d'amour, de rire.

Et d'espoir.

Oui. Après deux mois, j'aurais tant de choses à vous dire. Mais tout viendra à son heure. Il me faut apprendre la patience.