Lampions Rome

2016 est entamée. Je vous la souhaite pleine d'espoir. De joie. De ces moments de lumière qui brillent dans nos yeux d'êtres humains. Malgré la peur et la haine. Malgré l'incompréhension. Tentons de jouer le meilleur rôle possible, à notre hauteur. N'attendons pas que le changement vienne d'ailleurs que de nous-mêmes. Soyons patients. Sachons rire. Soyons bons. Et généreux.

Le 18 décembre, je suis venue vous donner des nouvelles. Bien contente de mon rendez-vous avec ma Dre Lumière. Et pleine déjà de résolutions, malgré le fait que j'allais rester à temps partiel au travail. Je vous disais justement avoir décidé de revenir écrire davantage sur ce blogue...

Juste avant d'être terrassée par une crise de convulsions.

C'était le 21 décembre au soir, alors que nous étions chez une amie qui avait organisé un potluck du solstice. Une fête de la lumière, pour se rassembler et souligner le retour progressif du jour, après la plus longue nuit. À un moment donné, j'ai perdu la carte. Et lorsque je suis revenue à moi, j'étais à l'hôpital, à l'urgence. Il y avait mon Amour et ma mère. J'étais complètement ahurie. Je n'avais (je n'en ai toujours pas!) de souvenir d'avoir fait une crise (trois crises, en fait). J'avais mal. Je me suis broyée la langue. On m'avait démoli les veines, je suis tombée. Me suis fait des bleus. J'ai vomi. J'ai dormi, agitée. Je me remets, maintenant, de cet événement.

Je n'avais jamais eu de crise de convulsions avant. Pas d'épilepsie. J'avais cessé de prendre mes anticonvulsivants depuis quelques mois, ce qui, d'après ce que je comprends, m'a rendue vulnérable. Maintenant, je n'ai plus le droit de conduire ma voiture pour trois mois. Je prends à nouveau des anticonvulsivants. Pour toujours.

Bref, je digère les changements. Je vais m'adapter, apprivoiser ces nouveaux paradigmes dans ma vie.

Mais voici les derniers changements.

***

Image: Lampions photographiés en 2011, à Rome.