Viser la lune

Comme le disait Oscar Wilde, "Shoot for the moon. Even if you miss, you'll land among the stars".

J'essaie donc de viser la lune. Mais quelle lune? La guérison? Soupir. Non. Alors quoi? La vie, en attendant? La stabilité. C'est peut-être ce qui se rapproche le plus de la guérison.

Stabilité.

Ce matin, je voyais ma neurochirurgienne. Rien n'a bougé sur l'IRM comparé à celle de septembre. Ni même avec celle d'avant, en juin. 

Et comment vais-je?

Pas facile à dire. Ce matin, j'allais mal. Mal enlignée, je dirais. J'ai taquiné ma médecin sur le Bye Bye, avec le sketch sur les médecins spécialistes... (Mon chum m'a chicanée en sortant...). C'est coco, car il n'y a qu'à elle que je fasse ces blagues-là. En plus, elle est hyper débordée, n'a à peu près pas eu de vacances des Fêtes. Et je ne crois pas qu'elle oublie sa Rolex dans le cerveau des gens qu'elle opère...

Elle a reçu ma carte postale de Rome. J'étais contente.

Mais comment vais-je?

Moyen. Moyen comme ce matin. Mais des fois, ça va mieux. D'autres journées, c'est assez moche.

L'autre jour, chez ma psy, j'ai réalisé en lui parlant que ça ne fait pas encore un an que j'ai été opérée. Deux fois, d'ailleurs. Mon cerveau est ébranlé, et pour le laisser guérir, il faut que je me repose.

Me reposer.

Parfois, je me dis que je vais mieux. Ça fait deux jours que je n'ai pas fait de sieste? Yé!

Puis, je fais des trucs. Genre, je vais voir ma psy ou je vais me faire faire un soin du dos chez mon esthéticienne. Et oh! surprise... Quand je reviens, je suis crevée. Et je me couche.

Bref. 

Pour le reste, mes parents avaient décidé d'aller au Chili avec ma soeur et sa famille pour les Fêtes (ma soeur est mariée à un Chilien). Mais ma mère a fait une pancréatite aiguë juste avant de partir. Alors mes parents sont restés ici. On a passé les fêtes tranquilles. Il n'y a que le chat de ma soeur qu'on garde. Il est vraiment gentil, très colleux. Mes parents s'en occupent bien!

J'ai lu. Je lis pas mal, bien que beaucoup de mes journées "moches" ne soient pas les meilleures pour lire assidûment. Mais l'année s'est terminée avec 42 livres lus (incluant les tomes des "grosses lectures", comme le Deuxième sexe, les Misérables, Le temps perdu-retrouvé de Proust...). Mais je suis certainement encore meilleure à regarder dehors. Des heures et des heures.

Donc voilà. 

Pas la lune, mais les étoiles, oui. 

En attendant d'atteindre la lune.

Allez. Je vous souhaite une belle année 2019.