cycle-path-3444914_640

J’ai participé la semaine dernière à deux après-midi de trois heures dans le cadre d’un atelier sur les Techniques narratives. 

Je vous l’avais dit, il y a quelque temps, mais écrire, ça ne s’apprend pas comme on fait de la bicyclette… Moi, du moins, je dois toujours réapprendre.  Réapprendre, ou, du moins, revoir mes plans. Repenser à ce que je veux dire, comment je veux le dire, etc. 

Ici, c’était un atelier, organisé par le Pigeon décoiffé, sur les formes de narration, et cela inclut évidemment les descriptions, les dialogues. Et il y a le narrateur, mais aussi le narrataire. C’est quoi, un narrataire? Et bien c’est à qui l’histoire est racontée. Car il y a toujours quelqu’un à qui le narrateur s’adresse. Et non, ce n’est pas nécessairement «nous». Et aussi, pour la narration, la description ou les dialogues, pourquoi on prend l’un ou l’autre? On a eu des exercices à faire… J’ai beaucoup écrit, ceci dit (franchement, je me demande pourquoi je ne fais pas ça… écrire avec un thème précis! Parce que là, ça allait! ;) )

Sérieusement, je travaille toujours sur mon roman sur Rome. Mais aussi un autre roman, déjà écrit, qui ne redemande qu’un peu d’amour… Sans compter un autre roman, écrit aussi, pour lequel j’ai eu une bourse du CALQ.

Et sinon, j’ai eu une prise de sang la semaine dernière, je suis retombée à 1.3 pour mes neutrophiles… Puis ça a été mon anniversaire. J’ai 47 ans, maintenant. 

Vous rendez-vous compte? J’ai commencé à tenir ce blogue à 32 ans. Ça fait maintenant 15 ans. 15 ans à croire que je ne vivrais pas tant que cela. Et voilà que j’avance encore.

Mais je crois que c’est vous, ma belle gang, qui me tenez vivante! 

**

Image: https://pixabay.com/fr/photos/piste-cyclable-cyclisme-cyclistes-3444914/