Soleil en tête

18 mars 2020

"Il y a le téléphon qui son"

IMG_1349

Ah, lala. 

Alors que tout le monde est cloîtré en raison du virus, me voilà avec quelques nouvelles. Vous savez, cette tumeur dans ma tête ?

Eh bien, exceptionnellement, la clinique m’avait contactée pour me dire que le matin de notre rendez-vous (aujourd’hui) ma neurochirurgienne allait me téléphoner. Ne restait qu’à attendre son appel, tranquille… dans mon lit, avec mon café.

Franchement, l’appel a duré 7 minutes.

7 MINUTES !

Vous vous rendez compte ? Tout ce qu’on peut économiser comme temps ? Pas de déplacement de mon côté, pas d’attente dans la salle d’attente. Pas d’arrivée, de plaçage de manteaux, alouette. Non.

Alors voilà. La tumeur continue d’augmenter d’environ 1 mm. Ce n’est pas grand-chose, surtout que je vais bien. J’ai dit à ma docteure que mon moral était bon, je me sens vive, ma cognition fonctionne bien. Elle m’a donc redonné rendez-vous dans quatre mois, avec une spectroscopie, pour un IRM. Et on verra ce que cela donnera.

Et puis, je me suis renseignée sur la résistance de mon système immunitaire. Elle m’a dit que j’avais la même qu’elle, donc bonne. Du moins, au meilleur qu’elle peut être.

Je lui ai aussi demandé comment ça allait pour elle, avec l’hôpital et l’état d’urgence. Il semble qu’ils sont sur un pied de guerre. Actuellement, ce n’est pas encore commencé… mais ils s’attendent à ce que ça augmente vite, et que toutes les ressources seront mises sur les patients atteints de la Covid-19. Même elle, qui est neurochirurgienne oncologue sera considérée comme « superspécialiste » et ira prêter main forte aux autres médecins.

Alors voilà. 

Je continue d’être bien. De rester moi aussi en isolement, ou du moins, cloîtrée. Il y a mon Amour qui fait du télétravail, mon fils Gus qui n’a pas de cégep, et moi qui, en tant que prof n’a pas d’école non plus.

Je ne sais pas comment vous vivez ça, vous, cette étrange quarantaine… mais dites-vous que lorsqu’on est malade, au fil des jours, eh bien, ça ressemble à ça.

Posté par Julie GravelR à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 janvier 2020

Je suis là

Devostock+Sport+Ice+Skating+Snow+Winter+No+Face+4k-ID176026-800x530

Le mois de janvier se termine. Et je n'ai pas encore réécrit en ces lieux. Mon dernier billet remonte à novembre, avec le décès de mon ancien amoureux... J'ai été aux funérailles, y ait revu beaucoup de mes anciens amis. Mes parents étaient là, et les gars ont ri, avec les souvenirs qu'ils avaient gardés de notre appartement, à l'époque. Oui, ce fut un chouette moment, même avec le deuil.

Je suis rentrée au travail, toujours à temps partiel. J'ai repris un cours de méthodologie, et je trouve que les étudiants qui ne sont pas "dans la bonne session", si l'on veut, ont toutefois un petit "plus", un regard un peu différent. Ils se posent plus de questions, ont souvent changé de programme. Bref, ils sont intéressants, pour une prof. Nous terminons la 2e semaine de cours.

Et côté santé?

Je dirais que ça va bien. Je me sens en forme, dans ma tête. J'ai de plus en plus l'impression d'être une patineuse artistique qui recommence à refaire ses pirouettes. Sur le plan cognitif, notamment. Je me sens éveillée, mes idées coulent bien. 

J'ai vu ma psychologue lundi le 20. Elle trouve aussi que je suis de bonne humeur, vive. On se revoit donc dans huit semaines, donc en mars. 

Quant à ma neurochirurgienne, je l'avais vu en novembre. Elle m'a dit que c'était moi "la boss", pour mon retour au travail. J'ai donc décidé de continuer avec un seul cours de quatre heures, sur deux jours. Ça me permet, ceci dit, de me reposer. Car la tumeur continue de grossir, toujours un peu.

Je suis chanceuse, aussi, car j'ai des assurances. Je croyais qu'après les deux ans payés par mon cégep, je tomberais à zéro. Mais non! Car même si je ne suis pas permanente (eh non...) j'ai droit à l'assurance longue durée. Franchement, c'est une des très belles nouvelles que j'ai eues l'an dernier!

Sinon, je continue de lire (beaucoup). Je fais de l'aquaforme, le mardi soir. Je vais au théâtre. Et je me déplace en bus. Je peux aller partout! Et nous avons maintenant une seule auto avec mes parents. Il faut partager bien entendu, mais ça se fait bien. 

Mon fils a fêté ses 18 ans le 11 janvier. Ça veut donc dire que je n'ai plus de bébé... mais aussi que ça fait 18 ans que j'ai la tumeur. Et je vis encore très bien. Alors on va continuer comme ça!

Posté par Julie GravelR à 21:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

07 novembre 2019

Première neige

IMG_6289

Ce matin, je me suis éveillée doucement. Avec la radio qui jouait. On parlait de la première neige. Et oui, dehors, tout était recouvert d'une fine couche blanche.

J'ai pensé que je pourrais écrire un billet, ici. J'aurais appelé cela "Première neige". 

Oui. Première neige, comme les nouvelles que j'attends, toujours avec anxiété. Cette fois, j'ai quelques problèmes (mais est-ce grave?) avec ma capacité d'attention. Du mal à formuler des phrases. Et une crise un peu étrange il y a deux semaines... J'ai passé mon IRM lundi. Un IRM avec perfusion et spectroscopie.

Mais bof. Je me suis dit tout ça. Et puis... 

Et puis je viens d'apprendre le décès d'un de mes anciens amoureux. Le garçon avec qui je suis allée au bal. Je l'ai aimé. Puis on s'est laissé... on a repris. On s'est relaissé. Bref, la vie nous a séparés... Comme cela arrive souvent.

J'ai connu Antoine au secondaire. On est devenu amis. Puis amoureux, dans le chambardement de l'adolescence. Mais on ne s'était pas perdu. Lorsque je me suis séparée du père de mon plus vieux, il était venu à la maison, et on avait fait du pain. C'était en 1997. 

Je crois qu'on s'est revu. Au Salon du Livre? À Montréal? Québec? Je savais qu'il avait le diabète depuis plusieurs années. 

J'ai de la peine d'apprendre ainsi son décès. Je n'ai pas été au service pour sa mère, décédée d'un cancer du colon. Ni de son père, récemment.

Je t'envoie mes pensées, Antoine. Où que tu sois.

***

Photo d'Antoine Simon, en 1997.

Posté par Julie GravelR à 13:22 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

09 septembre 2019

Soleil barcelonais et retour au travail

IMG_6156

Près d’un mois maintenant que nous sommes rentrés de Barcelone, après une semaine ensoleillée, chaude et surtout, remplie de discussions, de rire, de bonnes bouffes ! Car vous voulez que je vous donne un secret ? Vous vous ennuyez de quelqu’un (mettons mon fils) et vous lui proposez de partir en voyage ! Avec la copine, bien entendu. Et vous voilà entre «huit yeux», décrochés de la vie du quotidien, à visiter des musées, des églises, la mer (oh ! juste un peu…) et de chouettes restos ! C’était Barcelone, mais cela aurait pu être n’importe où. L’ambiance a été tellement détendue, si agréable, pour discuter, parler autour d’un verre, pour découvrir des restos sympas… et même aller voir un concert au Palau de la Musica Catalana. Bref. Maintenant, je me remémore avec plaisir tous ces moments. C’est un soleil dans mes souvenirs.

Qu’a dit mon plus jeune fils de notre équipée ? Bah. Il a été jaloux. Un peu. Mais il travaillait tout l’été au Camp Trois-Saumons. Ce sera son tour bien assez vite.

Et me revoilà au cégep. Je donne un cours de méthodologie, sur deux jours. C’est moi qui ai choisi ce cours même s'il n'est pas en Civilisations. Pourquoi ? Parce que je sais, après 16 ans (eh oui !) dans l’enseignement, que ce qui nous «reste», ce qu’on nomme «compétence transversale», c’est la façon de travailler. Je l’ai découvert avec le temps, car j’ai eu à donner mon lot de cours de méthodologie (IPMSH) ou de Démarche d’intégration des acquis (DIA). Et c’est vraiment IPMSH qui me donne l’occasion de voir mes étudiants travailler, se questionner, «me» questionner aussi. Ce cours m’enrichit. 

Je ne remets pas ma discipline en question, bien sûr. Car savoir l’histoire des mondes anciens qui nous ont précédés est d’une grande richesse. Or je crois qu’on peut vivre une vie tout à fait «normale» même si on ne connaît pas Toutankhamon ni même les atouts du Néolithique… Mais sans savoir chercher, documenter un sujet… Quel avocat, quel journaliste,  quel sociologue pourrait regretter d’avoir bien appris ? 

Suis-je un bon prof ? Je fais de mon mieux. J’aime enseigner, j’aime retrouver une classe en début de session, j’aime (assez) corriger. Mais j’aime surtout voir s’allumer les yeux des étudiants qui découvrent comment on travaille dans les documents, comment on choisit une méthode de recherche. Comment on fait l’opérationnalisation d’un concept. Comment on rédige une analyse, par la suite. Pas facile, c’est vrai. Mais ça vaut la peine d’y travailler. Ils apprendront encore, et encore... Mais j’aime faire ma part en ce sens.

***

Photo: Nous quatre à Barcelone, août 2019

Posté par Julie GravelR à 18:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

11 juillet 2019

De tout ce support... y compris les bas!

bas-de-contention-secret-noir

Il y a quelque temps, mes parents, pensant s'envoler vers le Chili, s'étaient acheté des bas support. Vous savez les bas qui sont tissés de façon à vivifier les jambes et à faire que les pieds n'enflent pas? Bref. Ma mère avait beaucoup aimé porter les siens. Mon père, pas vraiment.

Donc, ma mère m'a offert les bas de mon père, qui a à peu près la même grandeur de pieds que les miens.

Or, je les avais en ma possession, mais franchement, je n'avais pas trop envie de les mettre. Maman m'avait expliqué qu'il y avait "une façon" de les enfiler. Moi, je les avais mis sur la chaise dans ma chambre, celle où j'empile des vêtements... Et ils sont restés là, ma foi, un bon moment.

Ces derniers temps, j'avais envie de faire du changement. Je voulais qu'on rechange les anciennes pièces, qu'on reprenne la petite pièce pour y refaire notre chambre, et mettre dans la grande le bureau de mon Amour. Projet, donc. Et c'est récemment qu'on s'est mis au travail. On a repeint la chambre, et remis à peu près les anciens meubles, puis repeint ensuite le bureau. Dans le barda, il y a eu la « redécouverte » des ces fameux bas. Or, ces jours-ci, disons-le, il fait assez chaud. (Bon, pas autant qu’en France, mais il fait chaud malgré tout!). Et mes pieds enflent et mes jambes deviennent douloureuses.

Maman et moi il y a quelques jours prenons un thé au salon, on parle… et on en revient à parler de ces bas support. Ma mère me redit à quel point elle aime ses bas. Et moi, je m’en vais chercher les miens, et lui demande de me montrer à les mettre.

Bon. Alors « la façon » de mettre les bas, c’est un peu compliqué. Pas « si » compliqué que ça, mais un peu. Du genre, ça va mieux à deux. (Ceci dit, bon sang qu’on a ri pendant que ma mère tentait de me mettre mon deuxième bas!!!) Fiou! On a ri. Bref, j’ai pu apprécier ces fameux bas.

Car ce ne sont pas des bas serrés. Ils sont au contraire tissés pour épouser la jambe, et font circuler le sang. Moi qui croyais que les bas me serreraient, que j’aurais mal, avec des marques, eh bien non! Les bas font comme un « air frais » et je ne sens pas du tout la pression de la fin du bas, sous le genou. En fait, j’ai été très étonnée. 

Donc, les bas support, eh bien, je les ai adoptés. 

Il y a bien des gens qui me supportent ces temps-ci. Vous le savez, vous qui venez lire ce blog depuis longtemps. Ma mère, mon Amour, mon père, ma sœur, mes fils, ma Marraine… Plein d’amis, aussi. Et ceux qui m’écrivent en privé et qui sont là, parfois aussi avec leur propre défi. 

Je sais que je ne viens pas assez souvent sur ce blog. Je n’arrive plus à trouver des sujets, ou à mettre mes idées dans l’angle qui ferait un texte intéressant. Alors je n’écris pas. Mais aujourd’hui, je voyais ma neurochirurgienne. Et je voulais vous donner un peu de nouvelles. 

Mon IRM de vendredi dernier est encore stable, si on le compare à celui d’avant. Mais si on remonte plus loin, par exemple à il y a un an, oui, ça bouge. Mais doucement. Rien d’alarmant. Rien qui fasse dire à ma chirurgienne qu’il faut agir. On laisse encore les choses ainsi. Et je lui ai dit que je pensais retourner enseigner. Un cours. Je crois que ça me motivera, que ça viendra me donner un peu d'enthousiasme. Car les mots sont difficiles à trouver, je dois trouver plein de synonymes… mes idées sont décousues, je perds ce que j’allais dire. Donc en reprenant le travail, peut-être que je serai plus dégourdie sur le plan intellectuel? Bref, on verra. Mais c’est ce qui s’en vient.

D’ici là, on part à Barcelone, avec mon Grand et sa copine. Beau voyage en vue!

***

Photo: https://www.equipied.com/bascompression 

Posté par Julie GravelR à 20:54 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 avril 2019

Le Jour de la Marmotte... Un an plus tard.

IMG_1753

Un an.

Ça fait un an qu'on m'a réouvert la tête, après une première opération qui m'a fait faire une crise d'épilepsie, et fait échouer les tests pour que je parle pendant qu'on retirait au maximum la tumeur. 

Qu'ai-je donc fait cette année? J'ai d'abord dormi. Beaucoup, beaucoup dormi. Je dors d'ailleurs encore, mais c'est bien plus rare. Ma psychologue m'a d'ailleurs conseillée (ou obligée?) de ne plus faire de sieste dans mon lit. Alors depuis les deux dernières semaines, je me couche dans mon bureau, sur mon lit de jour. Et je continuerai.

En mai, ma chatte Totoche est morte. Elle est tombée malade quelque part pendant que je dormais de longues journées. J'avais remarqué qu'elle perdait du poids (sachez qu'un chat qui perd du poids, c'est mauvais signe!) mais je n'avais pas la force de prendre soin d'elle. Finalement, quand on est allé à l'Hôpital vétérinaire, elle était mourante.

J'ai fait la plante verte. Vraiment beaucoup. J'ai cessé de prendre du Keppra et je suis maintenant au Vimpat (+ Frisium le soir).

Je suis allée à Rome avec mes parents, quel beau souvenir! J'ai vu mes parents si détendus, si paisibles... Et vous savez quoi? Ils ont pris leur retraite tous les deux en février. Et ça leur va très, très bien. C'est comme si Rome leur avait montré ce que c'était, ne plus travailler. Prendre chaque jour comme un samedi.

Sinon, j'ai vu mon neuropsychiatre mardi, après avoir vu ma psychologue le lundi. On a parlé de mon état d'esprit. Mais là, il y a plusieurs choses qui viennent de tomber en même temps. L'augmentation de ma dose de Celexa du matin, le rv avec ma neurochirurgienne le 26 mars, le printemps revient, le fait que j'ai acheté ma passe de bus mensuelle, donc je sors plus... Bref, il est difficile pour lui de voir si c'est "réellement" ma dose de Celexa qui me rend plus stable et équilibrée. Alors il m'a redonné rendez-vous dans six semaines. Au moins, il m'a demandé ce que je faisais de mes journées. Je lis, j'écris... (mais pas assez...). Et il m'a dit qu'à comparer beaucoup de gens en trouble neurologique, j'ai la bonne attitude. Je "fais" des choses. (Bon, pas toujours super, pas toujours les choses qui me rendraient fière), mais je n'écoute pas la télé dans mon lit. 

Donc voilà. 

Un an.

Et je commence à me sentir mieux.

**

Photo avec ma Totoche, en 2015

 

Posté par Julie GravelR à 15:20 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 mars 2019

Une voix d'homme?

26 mars 2019

Alors, alors...

Franchement, je ne réussis pas vraiment à écrire. Je n'y arrive pas. Un peu dans mes projets à moi (et encore!). Ce blog, je voulais l'écrire une fois par semaine, mais là, c'est pas ce qui est en train d'arriver...  L'hiver a été fort long (et il semble s'éterniser encore, ici, au Québec...). Et chaque jour, j'essaie de me faire une routine. Me lever, faire mes exercices, déjeuner, m'habiller... Des choses simples? Hahahahaha! M'ouais.

Donc mardi le 26, j'avais mon rendez-vous avec ma neurochirurgienne. J'avais eu mon IRM le vendredi avant, en soirée. Et la veille, j'avais vu ma psychologue.

Vers 10h quelque, une voix masculine m'appelle. C'est étrange. J'arrive dans le bureau. Peut-être est-elle en compagnie d'un autre médecin, un résident, qui prend en plus le rôle d'appeler les patients? Finalement, c'est un jeune médecin, tout seul, qui nous accueille. 

En fait, c'était la première fois que, lors d'un de mes rendez-vous, ma Dre Lumière est en train d'opérer, car elle était de garde et il y a eu une urgence. Ce jeune médecin était son stagiaire et il essayait de "faire le boulot"!

Il a quand même bien fait ça. Il m'a montré l'IRM, et m'a dit que ça n'avait que peu augmenté avec le temps, lorsque l'on compare avec les autres IRM précédentes. (On peut d'ailleurs apprécier la grosse tache noire, qui est du liquide...) On attendra encore quelques années (?) avant de refaire une autre opération, au besoin. Il m'a fait passer un test "de base" (je regarde son doigt, le suis des yeux. Ensuite je dis les noms des objets qu'il me montre...)... et lorsque j'ai sorti les papiers qu'elle me signe pour l'assurance travail, là, il a vu qu'il ne pouvait pas le faire. Mais il l'a appelée (oui, oui, en salle d'opération en mode "main libre"!) et elle a dit qu'il lui restait envion une heure trente. Si c'était possible, elle nous suggérait d'attendre. 

Donc on l'a attendue.

Un petit tour à la cafétéria. Ensuite de retour en bas. On a lu, j'ai regardé dans le vide (ça, je suis rendue très bonne, pour faire ça...). Je me suis acheté un café Américano de la super bonne machine de la salle d'attente. Je l'ai vue passer (plus tard que l'heure et demie...), elle m'a saluée de loin. Puis enfin, elle m'a appelée.

Donc on a refait le rendez-vous. L'IRM... on a parlé de l'hiver qui n'en finit plus (elle a de l'eau qui entre dans son sous-sol!), elle nous a parlé de la neige qu'elle ne sait plus où mettre... On a ri, et espéré que l'an prochain ne serait pas aussi enneigé. Elle a signé mes papiers, car je suis encore, comment dirais-je?, décalée. Pas bien, jamais bien concentrée. J'ai des problèmes d'organisation de mes pensées et de mes mots. Et je suis plus irritable (selon Yanick). Donc on reporte encore le retour au travail. Elle m'a suggéré qu'on repousse notre prochain rendez-vous à dans quatre mois, donc à la fin juillet.

Sinon, ma psy me suggère de ne pas entrer dans ma chambre le jour. Car je me recouche, surtout avec la belle lumière du printemps... et ça peut être de la fuite. Si j'ai envie de dormir (pour vrai, donc quand mes yeux ferment), je me couche AILLEURS que dans mon lit. J'ai commencé ça lundi. Et ça fonctionne. Du moins, je pense.

Posté par Julie GravelR à 18:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

21 janvier 2019

L'atelier

Bicyclette

J'entends souvent dire que, parce que j'ai déjà publié deux livres (avec en plus Pourquoi cours-tu comme ça ?), je devrais savoir comment écrire.

Bon. Tout d'abord, rappelons-nous qu'écrire un livre, ce n'est pas comme faire de la bicyclette. D'une fois à l'autre, écrire, ça varie. Cela dépendra de l'histoire, du sujet. De ce qu'on a envie de conter, de comment on a envie de le raconter... Bref, moi, ce sont des questions qui m'habitent. (Oui, j'en fais parfois de l'insomnie...)

Actuellement, j'ai une idée. Une bonne idée du plan d'ensemble. Mais je n'ai jamais fait de cours de création littéraire. Il y a des bases qui me manquent. Qui me « manquaient » vraiment. Notamment, le fameux schéma actanciel. 

 Sur le plan de la santé, vous le savez, ça ne va pas si bien. Ça veut donc dire que si j'ai envie d'écrire, un peu comme ce que j'ai fait pour Enthéos (mon dieu que ça fait longtemps !), je dois me donner des balises, des buts à atteindre. Du moins, un plan. Quitte à ne pas réussir parfaitement. Donc en décembre dernier, lorsque j'ai vu Le Pigeon décoiffé annoncer un atelier de trois heures, un samedi après-midi, je me suis dit : « On sera en 2019, début janvier. Pourquoi ne pas m'inscrire, et commencer mon année avec de bonnes bases ? » 

12 janvier. Mon amour me laisse à la porte de la Maison des Écrivains, face au Carré Saint-Louis. Nadia Gosselin m'accueille, moi et 17 autres aspirants auteurs. Après une brève présentation, nous plongeâmes dans un bon trois heures, top chrono, de conseils. 

Qu'en ai-je retiré ? Quelques feuilles (les fameux schémas !) et plein de notes dans mon cahier. Bref, je suis sortie de l'atelier très, très contente. Quand Nadia m'a demandé si ça avait valu la peine que je me déplace de Québec, je lui ai répondu : « Oui ».

Oh oui.

**

Photo: Jonathan Kos-Reid

Posté par Julie GravelR à 14:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

03 janvier 2019

Viser la lune

Viser la lune

Comme le disait Oscar Wilde, "Shoot for the moon. Even if you miss, you'll land among the stars".

J'essaie donc de viser la lune. Mais quelle lune? La guérison? Soupir. Non. Alors quoi? La vie, en attendant? La stabilité. C'est peut-être ce qui se rapproche le plus de la guérison.

Stabilité.

Ce matin, je voyais ma neurochirurgienne. Rien n'a bougé sur l'IRM comparé à celle de septembre. Ni même avec celle d'avant, en juin. 

Et comment vais-je?

Pas facile à dire. Ce matin, j'allais mal. Mal enlignée, je dirais. J'ai taquiné ma médecin sur le Bye Bye, avec le sketch sur les médecins spécialistes... (Mon chum m'a chicanée en sortant...). C'est coco, car il n'y a qu'à elle que je fasse ces blagues-là. En plus, elle est hyper débordée, n'a à peu près pas eu de vacances des Fêtes. Et je ne crois pas qu'elle oublie sa Rolex dans le cerveau des gens qu'elle opère...

Elle a reçu ma carte postale de Rome. J'étais contente.

Mais comment vais-je?

Moyen. Moyen comme ce matin. Mais des fois, ça va mieux. D'autres journées, c'est assez moche.

L'autre jour, chez ma psy, j'ai réalisé en lui parlant que ça ne fait pas encore un an que j'ai été opérée. Deux fois, d'ailleurs. Mon cerveau est ébranlé, et pour le laisser guérir, il faut que je me repose.

Me reposer.

Parfois, je me dis que je vais mieux. Ça fait deux jours que je n'ai pas fait de sieste? Yé!

Puis, je fais des trucs. Genre, je vais voir ma psy ou je vais me faire faire un soin du dos chez mon esthéticienne. Et oh! surprise... Quand je reviens, je suis crevée. Et je me couche.

Bref. 

Pour le reste, mes parents avaient décidé d'aller au Chili avec ma soeur et sa famille pour les Fêtes (ma soeur est mariée à un Chilien). Mais ma mère a fait une pancréatite aiguë juste avant de partir. Alors mes parents sont restés ici. On a passé les fêtes tranquilles. Il n'y a que le chat de ma soeur qu'on garde. Il est vraiment gentil, très colleux. Mes parents s'en occupent bien!

J'ai lu. Je lis pas mal, bien que beaucoup de mes journées "moches" ne soient pas les meilleures pour lire assidûment. Mais l'année s'est terminée avec 42 livres lus (incluant les tomes des "grosses lectures", comme le Deuxième sexe, les Misérables, Le temps perdu-retrouvé de Proust...). Mais je suis certainement encore meilleure à regarder dehors. Des heures et des heures.

Donc voilà. 

Pas la lune, mais les étoiles, oui. 

En attendant d'atteindre la lune.

Allez. Je vous souhaite une belle année 2019.

 

Posté par Julie GravelR à 17:45 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

02 novembre 2018

Rome: cadeau pour les 70 ans de maman (et pour papa!)

Mes parents devant la fontaine de Trevi

Lundi, c'était l'anniversaire de ma mère. Chaque fois, je ne sais pas quels mots lui dire. Comment ne pas (trop) me répéter? Cette année, cependant, c'est son 70e anniversaire. 70 tours du soleil. Et certainement d'autres à venir. Alors je te souhaite, chère Maman, une belle nouvelle décennie!

Le 29 octobre, aussi, cela a fait un an depuis ma dernière "grosse" crise d'épilepsie. Celle où j'étais seule dans l'auto. Celle où tout s'est arrêté. Et tout cas ralenti, maintenant.

Mais, mais, mais! Parlons de Rome!

Nous sommes rentrés de Rome samedi le 20. Une très belle visite de la Ville éternelle (avec une journée à Florence). Treize nuités, beaucoup de choses à voir, bien sûr. 

C'était la cinquième fois que j'allais à Rome. Étais-je blasée? Eh non. Mais ce qui fut le plus beau, le plus fabuleux, ce fut le regard émerveillé de mes parents. En vacances pour une des rares fois de leur vie, ils ne se lassaient pas de regarder les mille et une merveilles de la Ville éternelle. Maman m'a même dit que son "Top 1" était de se promener dans Rome. Juste ça, c'était le bonheur.

Qu'avons-nous fait, en résumé? Nous sommes arrivés à Rome le 7 octobre, avons été faire le tour du quartier (et je leur ai montré où était l'appart loué l'été passé avec Yanick). Quelques courses, et on a marché au bord du Tibre, tout près de notre appartement. Jour 2, forum et Colisée. Jour 3, les musées du Vatican (entrés à midi, sortis plus tard que 18h...) Le jour 4, plein de "petites places chouettes" comme la Piazza Navonna, le Panthéon, l'église Santa Maria Sopra Minerva, ensuite notre souper chez Fabrizio. Le jour 5, encore d'autres places chouettes, la Fontaine de Trévi, la Piazza di Spagna, la Piazza del Popolo, le musée Da Vinci, et la villa Borghese en soirée. Jour 6, visite à l'école de langue italienne, puis marche dans San Lorenzo et bière au Marani! Jour 7, la Basilique Saint-Pierre, et nous sommes montés dans la coupole, ensuite arrêt à la Piazza dei Fiori. Jour 8, le Trastevere. Jour 9, les musées du Capitole, avec une marche vers l'église Santa Maria in Cosmedin (fontaine de la Vérité), l'arc de Janus et autres temples. Avons fini au Trastevere pour manger, puis monter jusqu'à la belle fontaine d'Aqua Paola. Le jour 10, ce fut plus difficile pour moi. Nous sommes restés à l'appartement... pour apercevoir l'eau qui montait dans le sous-sol... Appel à la proprio. Et puis nous sommes allés visiter le musée Massimo. Le jour 11, ce fut Florence. Nous y avons marché (c'est tout petit!) et nous avons été voir le musée de l'Académie, avec le David (le vrai!). Jour 12, un peu de magasinage, et le Circus Massimus. Le lendemain, nous allions revoir Giulia, Elena et Fabrizio à l'école, autour de pâtisseries et de boires, et ensuite, après avoir clos nos bagages, nous sommes allés manger à la Piazzetta Alla Carrette, près du Colisée. Enfin, c'était le retour au Québec!

Est-ce que ce voyage m'a fatiguée? Oui. Mais on a suivi "mon" rythme. Je n'ai pas réussi à tout voir, notamment les églises ou la Via Appia Antica... Mais c'était un voyage que je voulais faire. Et j'en suis très contente.

**

Petite galerie de photos (j'ai eu bien du mal à organiser ça...)

Mes parents devant le Tibre

Devant le Colisée

Rome 3

Devant Place St Pierre

On chante, avant de partir chez Fabrizio!

Chez Fabrizio

Devant la Piazza del Popolo

Palazzo Borghese

Chez Marani

Montée des escaliers dans le Dôme

 

Trastevere (face à Santa Cecilia)

Devant le forum romain (vue du musée du Capitole)

 

Devant le musée du Capitole

Fontaine l'Acqua Paola

Florence

Ponte Vecchio

 

Devant "Le" David

Soir à Rome devant le Colisée

Toute la gang à l'école de langue Dante Alighieri

Posté par Julie GravelR à 19:51 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,