Soleil en tête

27 mars 2015

Quelques vues du "résidu" de la tumeur

De jour en jour, je ressens la santé qui revient. Je réussis à être de plus en plus active et "éveillée". Ça me fait un grand bien. 

Hier, j'ai passé un bon moment à examiner mes IRM dont j'ai obtenu copie. J'ai les images du 7 février 2015, soit au lendemain de ma chirurgie, et celles du 12 mars. J'ai tenté de trouver les angles les plus intéressants pour qu'on puisse bien voir ce qui reste de la tumeur. Ma neurochirurgienne estime avoir retiré près de 90% de la tumeur initiale.

Pour le moment, on voit encore beaucoup l'espace qui était occupé par la masse. Dans un billet précédent, je vous avais montré une image où on voit une tache blanche qui est, en fait, du liquide accumulé dans le trou laissé par les tissus retirés. Tranquillement, avec les semaines, les mois, le trou va se vider. Sur les prochains IRM, on ne verra que du noir.

Voici quelques images:

IRM 7 février 2015

 

Ci-haut. IRM du 7 février 2015. On voit un restant (blanc) de la tumeur. (On observe aussi la belle enflure sur mon crâne!)

 

IRM 7 février 2015 vue de côté

 

Ci-haut. IRM du 7 février 2015. Vue de côté. On voit assez bien le restant blanc de la tumeur et le "trou" sombre.

IRM 12 mars 2015

 

IRM du 12 mars 2015. Le blanc est en réalité du liquide accumulé dans l'espace vide. Le reste de la tumeur est gris foncé, en bas. 

**

Et vous savez quoi? Je suis vraiment soulagée de voir ça. J'ai l'impression qu'on m'a enlevé une tonne de briques des épaules!

 

Posté par Julie GravelR à 13:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 mars 2015

Repos gaspésien

Rocher Percé

Il y a quelque temps, j’ai fait la connaissance de "Penouille", traité lui aussi pour une tumeur au cerveau. Il était tombé sur mon blogue et m'avait écrit. Lui aussi est suivi par «Dre Lumière ». Et, pour plusieurs raisons, nous sommes devenus amis.

Mais cet ami vit à Penouille, en Gaspésie. Or, il m’avait proposé d’aller y passer quelques jours pour ma convalescence. Cela s’est présenté récemment et j’ai embarqué ma fidèle maman dans ce projet. Jeudi dernier, nous partions pour un périple vers le bout du fleuve.

Quelle bonne décision ! Du repos. De la beauté. Du plein air. De la tranquillité.

Franchement, ça m’a fait un bien fou. Et je dirais que ma mère en a aussi beaucoup profité. Elle qui se repose rarement, cet arrêt lui a permis de dormir de bonnes nuits, de marcher. De prendre l’air. Sans compter que nous avons parcouru plusieurs endroits en compagnie de Penouille et de sa compagne, de faire du plein air. D’apprendre comment on attache une souffleuse sur un tracteur et à identifier plusieurs oiseaux... de manger, de discuter. Et de remercier la vie, d’apprécier l’amitié et de célébrer le bon travail de notre neurochirurgienne-chouchou. Car si je regarde avec espoir les années qui viennent, c’est grâce à elle !

Penouille

Merci encore, à Penouille et sa compagne. Ce fut un merveilleux moment, reposant. Vitalisant.

Et maintenant, c’est le printemps !

Posté par Julie GravelR à 17:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

17 mars 2015

Chez Dre Lumière

IRM de mars 2015

Bon, ça y est. J'ai "baptisé" ma neurochirurgienne Dre Lumière. Et ce matin, j'avais rendez-vous avec elle pour le suivi post-opératoire et voir un peu où j'en suis dans ma convalescence. À mes côtés, mes deux fidèles compères: maman et mon Amour. Nous avons d'ailleurs attendu assez longtemps ce matin. Parfois, ça arrive...

Alors! Qu'en est-il de mon "résidu"?

Eh bien, je vous dirais qu'il y a pas mal plus de blanc que je ne l'aurais cru. D'accord, sachez que l'essentiel du "blanc" que vous voyez sur l'image (j'ai pris une photo avec mon cellulaire mais bientôt, je recevrai le disque avec mes dernières IRM et je vous ferai un montage), c'est du liquide. Quand le liquide se sera dissipé, il ne restera qu'un trou noir qui se remplira du cerveau qui reprendra sa place, mais on verra toujours un espace vide. Et le vide, dans les IRM, ça reste noir.

Et que ma dit ma chère Dre Lumière? Du bien, essentiellement. Qu'on se reverra dans trois mois. Que si on s'était vues plus tôt (normalement, c'était dû en avril), c'est parce que ma neuropsychologue l'avait demandé, qu'elle s'était inquiété (avec raison, je crois). C'est vrai que dans les premiers jours, j'ai été pas mal moche. Que ma parole donnait des signes inquiétants. Tout le monde autour de moi trouvait que ça n'allait pas. Mais tout est ensuite rentré dans l'ordre assez rapidement. Le reste devrait continuer à s'améliorer jusque dans trois mois. Dre Lumière dit que 99% des améliorations surviennent dans les trois premiers mois.

Quant aux statistiques, eh bien on sait que la tumeur va recommencer à grossir. Mais quand? Pas de boule de cristal. Je viens de gagner plusieurs années. Plusieurs.

J'ai remercié Dre Lumière. Parce que je n'avais pas pu le faire de façon lucide, encore. Et nous nous sommes fait un câlin, avant de nous quitter. 

Je vous l'ai dit, han, que j'étais chanceuse qu'elle ait croisé ma route?

Posté par Julie GravelR à 15:14 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

13 mars 2015

W;t

Lorraine Côté et Marie-Josée Bastien dans W;t (@LaBordee)

W;t, c'est le titre français donné à la pièce de Margaret Edson, Wit. Wit signifie "esprit", "intelligence". Ici, le point virgule qui remplace le "i" fait référence à la ponctuation des versets de John Donne.

Car de quoi est-il question ici? D'une femme, Vivian Bearing, professeure à l'université en littérature anglaise et spécialiste de John Donne, poète du XVIIe siècle, lui-même passionné de vie, de mort et de Dieu. C'est une intellectuelle. Assez dure, sévère. Exigente. Amoureuse des mots, de leur sens. Mais à cinquante ans, elle apprend qu'elle a un cancer des ovaires. Grade 4. Métastasé. Elle doit faire face à ses traitements, mais aussi à l'introspection. À la mort qui se pointe. Qui lui fait peur. À sa solitude, aussi. Et à la beauté de ce qui reste quand "l'intellectuel" tombe. Quand il ne reste "que la bonté", dans des mots crus. 

J'ai adoré cette pièce. 

J'ai aimé Lorraine Côté, humaine. Drôle, désolée, sarcastique. Elle incarne parfaitement cette professeure, cette femme sévère et exigente qui voit sa vie s'achever dans une chambre d'hôpital, avec l'équipe soignante, dont un jeune chercheur qui a déjà suivi son cours et une infirmière qui ne connaît rien en poésie, mais qui l'entoure de soins affectueux. La scène du "pop sicle" est particulièrement touchante quand, à 4 heures du matin, Vivian sonne pour avoir une présence. C'est beau. 

Mais je dois vous dire que j'ai pleuré dans les dernières 20 minutes de la pièce. Des larmes sereines, tristes mais belles. L'étau se resserre sur notre héroïne. La douleur a forcé les médecins à la maintenir sous la morphine. Elle somnole et ne peut à peu près plus parler. Et soudain, elle reçoit la visite de son ancienne professeure d'université. C'est une scène magnifique. 

Alors je ne peux que vous encourager à courir à la Bordée, d'ici le 28 mars. 

Je vous dirais que, pour ma part, j'ai beaucoup aimé la pièce en tant que telle, mais se mêle à cela un autre sentiment fort. Cette impression d'avoir vécu ces étapes, de m'en être sortie, pour le moment. La réflexion sur la vie, la mort. La peur. Le sens de la vie. Notre propre finitude qui nous rattrappe. Notre vie. Notre seule, unique vie. 

C'est une pièce qui marque, je crois. 

On ne s'étonnera pas qu'elle se soit mérité en 1999 le Prix Pulizer for drama, ni qu'en 2001, elle ait été tournée en film avec la très inspirante Emma Thompson. 

Allez! Quelques larmes et une profonde, humaine réflexion sur la vie, la mort. 

**

W;t

Théâtre de la Bordée. Texte de Margaret Edson, traduction de Maryse Warda. Mise en scène de Michel Nadeau. Avec l'extraordinaire Lorraine Côté. Jusqu'au 28 mars 2015.

Image: Twitter : @LaBordee

 

Posté par Julie GravelR à 11:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 mars 2015

IRM matinal

1408982431_wit

Ce matin tôt, j'avais un IRM. Vous me direz que c'est devenu particulièrement routinier? Eh bien sachez qu'aujourd'hui, c'était mon premier "nouveau" IRM avec mon résidu de tumeur! Maintenant, ce n'est plus une tumeur grosse comme une balle de golf, mais à peu près un dixième de ce qu'elle faisait au départ. Bref, c'est un "résidu".

Ah, ah! La semaine prochaine, le 17 mars, je revois ma neurochirurgienne et j'aurai le compte-rendu ainsi que les nouvelles. J'irai d'ailleurs chercher mon dossier médical pour avoir les dernières IRM. Je vous ferai un petit montage.

En attendant, je continue à guérir. Et je vais au théâtre ce soir. Une pièce dont je vous reparlerai en ces lignes, car le sujet est le cancer.

 

Posté par Julie GravelR à 17:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]



11 mars 2015

Toujours mieux!

Ma cicatrice actuelle

Mon air! On ne voit pas la cicatrice.

Chaque jour qui se lève apporte son lot de nouveauté. Je me réapproprie peu à peu ma vie, avec énormément de satisfaction. Je réalise à quel point ma chirurgie a été source d'un grand stress, et combien, tout à coup, elle symbolise une étape. Les années qui viennent seront différentes et, je le souhaite, nombreuses.

J'ai été voir ma médecin de famille lundi. Un petit topo à la suite de la chirurgie, j'avais d'ailleurs un document à lui remettre de la part de ma "Dre Lumière". Je vais mieux, j'ai pu le lui expliquer. Nous avons parlé aussi du rapport que j'ai fait faire en novembre-décembre concernant mon TDAH. Oui, j'ai un trouble d'attention, mais nous ne croyons pas que ce soit une priorité de me médicamentaliser. Pour l'instant, j'ai énormément de préoccupation avec mon cerveau! Alors on met ça de côté. 

Ma neuropsychologue a téléphoné tout à l'heure. Nous avons fait le point depuis notre rencontre du 27 février. Tout de suite, elle s'est rendu compte que c'était "le jour et la nuit", en m'écoutant parler. Et je suis bien d'accord avec elle! Nous avons reparlé de l'orthophonie. Elle m'a expliqué avoir "brassé" un peu la cage pour obtenir un rendez-vous plus rapide. Étant donné mon âge et mon niveau d'activité "avant" l'opération, il semble que ça vaille la peine d'activer un peu les choses. Sinon, elle m'encourage à faire un peu plus de choses, quitte à me pousser, comme marcher un peu plus loin quand je sors. Je lui ai dit avoir recommencé à lire, à écrire. Je me suis remise à participer un peu plus aux repas, aux tâches. Et au niveau de la discussion, je suis beaucoup plus active, plus éveillée. 

Sinon, je vous dirais que je vais assez bien. Je continue lentement mais sûrement mon casse-tête (je crois que le fait de n'avoir plus que le ciel à terminer me ralentit!). Je reçois un peu de visite. Ça me fatigue rapidement et je dois ensuite dormir. Mais ça me fait du bien!

Je vous dirais donc que je sens, très clairement, la santé revenir. Et même si j'ai encore pas mal de récupération à faire, je vous dirais que je recommence à avoir des plans pour la session d'automne... dont une idée pour un cercle de lecture avec mon collègue de littérature! 

Bref, je vais bien!!!

Posté par Julie GravelR à 13:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2015

Orthophonie

Toujours l'amélioration, au fil des jours... Aujourd'hui, un appel de l'Institut en orthophonie.

Il semble que je vais avoir une lettre la semaine prochaine ou la suivante, et des nouvelles au courant des semaines qui viendront. Dans quatre à six semaines, me dit-on. Ce qui est rapide, car ça peut attendre jusqu'à un an. C'est ma neuropsychologue qui a déjà communiqué avec les orthophonistes. Là, c'est l'infirmière de suivi qui m'a parlé.

Sinon, j'essaie de vous répondre. J'ai six pages de messages!!! Aïe! Je vais faire ce que je peux pour vous lire et vous donner des nouvelles... Et je continue le ciel de mon casse-tête. Et mon chum se remet d'une super-otite-sinusite.

Je vous avoue apprécier énormément le prolongement des heures. Mon dieu que ça fait du bien! 

Posté par Julie GravelR à 13:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

04 mars 2015

Un peu de nouvelles

Casse-tête Rome

Je guéris chaque jour, tranquillement. Je parle de plus en plus. Je récupère un peu mon "ancienne moi".

Ces jours-ci, c'est grâce à vous que je me remets au clavier. Que je me force un peu à vous donner des nouvelles. Au fil des jours, cela deviendra plus régulier.

Je fais du casse-tête. Je lis un peu le journal. Je prends ma douche toute seule. Je dors l'après-midi, parfois aussi le matin. Je me couche tôt le soir. Ici, maman prend soin de moi et mes hommes aussi. Marraine n'est jamais loin non plus.

Et merci encore pour toutes vos bonnes pensées, vos mots, fleurs et cadeaux. Je suis gâtée pourrie!

Quant à vos mots, j'y répondrai sous peu, promis.

Posté par Julie GravelR à 17:53 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

16 février 2015

Retour à la case Maison

Après 24 heures à l'hôpital, Julie a eu son congé cet avant-midi. Les développements de vendredi et de dimanche étaient liés : un épanchement sanguin. Sa médication a été adaptée. Retour à une convalescence qu'on aimerait sans histoire !

Posté par A De Caux à 13:46 - Commentaires [11] - Permalien [#]

Retour à la case Maison

Après 24 heures à l'hôpital, Julie a eu son congé cet avant-midi. Les développements de vendredi et de dimanche étaient liés : un épanchement sanguin. Sa médication a été adaptée. Retour à une convalescence qu'on aimerait sans histoire !

Posté par A De Caux à 13:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]



Fin »