IRM autoportrait JGR

Il est vrai que les IRM se ressemblent, d'une fois à l'autre. Ces "concerts psychédéliques", passés dans le noir, ne sont que routine, maintenant. Même si, chaque fois, leurs conséquences peuvent être déstabilisantes. Évidemment, ce n'est pas tant l'examen que je redoute que ce qui en découlera.

Vendredi soir, après mes récentes mésaventures, j'avais mon rendez-vous de résonance. Peut-être était-ce parce que j'avais en tête de prendre un autoportrait sur mon cellulaire (ce qui a fait sourire la technicienne!), mais j'ai oublié de retirer mon alliance. C'était la première fois que j'oubliais un bijou. Dès le début de la résonance, j'ai senti vibrer mon annulaire gauche. Zut! J'ai pesé sur la poire d'urgence (une première, si on exclut la toute première fois où j'ai passé un IRM, en décembre 2001, où j'avais tant de douleurs qu'il a fallu s'y prendre plusieurs fois pour terminer l'examen... jusqu'à ce qu'on m'ait administré tant de sédatifs que j'en ai perdu la carte.) On m'a alors rassurée que ce n'était pas grave. L'anneau étant en or, ça ne posait pas de problème. Cependant, une partie de ma bague est en "or blanc", donc un alliage qui réagit au magnétisme (d'où la sensation de vibration). J'ai passé l'essentiel de l'examen avec le doigt vibrant... jusqu'à l'injection de gadolinium où j'en ai profité pour retirer ma bague. 

En dehors de cette expérience avec mon "anneau de pouvoir", rien à signaler... Sinon mon regard curieux, lancé sur l'image affichée sur l'écran de l'ordinateur de la technicienne, alors que je quittais. Ma tumeur, bien évidente. Blanche, grosse. Mon dieu... J'ai hâte de savoir si elle se tient tranquille, celle-là. Car j'ai ces temps-ci bien des symptômes qui m'inquiètent. Rien de majeur, c'est vrai (pas de crise d'épilepsie ou de chute...). Seulement de "petits riens" (maux de tête, pincements, troubles d'élocution, mémoire défaillante, humeur déstabilisée. Et un tremblement de la tête, presque imperceptible qui commence à me préoccuper.) 

Mercredi matin, je vois ma neurochirurgienne. J'en aurai le coeur net.